A tous les visiteurs et amis du site


Votre adresse IP est



Ce sont en effet les civilisations du monde antique classique, des Phéniciens aux Byzantins, qui ont tour à tour dominé la population autochtone, celle des Berbères éleveurs nomades ou agriculteurs sédentaires, sans jamais vraiment les dominer ou les assimiler complétement. Génétiquement parlant nous pouvons dire qu'aujourd'hui le maghrébin ayant le moins de gênes berbères en posséde encore plus de 50% . Ces civilisations, qui ont été en fait des envahisseurs, ont marqué leur empreinte avec une intensité fort variable.
La Tunisie par sa situation géographique est un site stratégique de la méditérranée qui fut souvent une source de convoitise. Des Berbères aux Français en passant par les Phéniciens.
Juifs d'Israël, Romains, Vandales, Byzantins, Conquérants musulmans, Arabes Hilaliens, Espagnols, Ottomans, Génois, Normands et Grecs, tout ces peuples ont participé à son histoire.


LES CAPSIENS

La civilisation capsienne, ancêtre des Berbères, apparaît avec le Néolithique entre 9 000 et 7 500 av. J.-C. et dure jusque vers 2000 av. J.-C.
Le Capsien est une culture de l'Épipaléolithique. Il doit son nom à la ville de Gafsa en Tunisie, anciennement appelée Capsa.
Les Capsiens, ancêtres directs des Numides Berbères, se retrouvent au début principalement dans le Nord Est de l’Algérie puis migrent dans toute l’Afrique du Nord.
Les Capsiens furent les premiers en Afrique du Nord à domestiquer les ovins, ils étaient également de gros consommateurs d’escargots, on a retrouvé des dépots importants de cette époque de coquilles vides d’escargots, ils fabriquèrent des bijoux et des objets d'art, on retrouve diverses peintures abstraites et figuratives de cette époque, un des éléments culturels originaux du Capsien est la réalisation de gravures sur des œufs d'autruche, la décoration des poteries capsiennes se retrouve encore aujourd’hui dans la décoration moderne des poteries berbères. Ils nous ont laissé des peintures rupestres magnifiques témoignant du mode de vie, des rites capsiens, de l'agriculture et de la chasse.
La langue capsienne est reconnue par les historiens comme l'ancêtre des langues berbères actuelles en Afrique du Nord. Sur le plan religieux ils croyaient en une vie après la mort, dans leurs pratiques funéraires on trouve des monticules de pierres et des peintures figuratives. On retrouve des dolmens et menhirs (entre autres dans la région du Kef en Tunisie) comme on en retrouve dans cette même époque de l’histoire dans toute l’Europe de l’Ouest, faisant supposé une même origine dans les pratiques religieuses et sûrement une même origine ethnique européenne, en effet comme les européens de l'Ouest (de cette époque) il y a une grande ressemblance sur le plan physique, majoritairement : blond aux yeux bleus (nos ancêtres les gaulois cheveux blonds et grandes …). On suppose que cette peuplade est venue d’Europe à la fin de la dernière ère glaciaire, en passant le détroit de Gilbraltar il y a environ 9000 ans comme le firent à cette même époque des peuplades asiatiques qui passérent le détroit de Béring qui sépare d'environ 92 km la Sibérie orientale en Asie de l'Alaska en Amérique du Nord. À cette époque d’ère glaciaire, le niveau des océans étaient plus bas de plus de 100 mètres, laissant ces détroits à sec et permettant le passage à pied.


LES BERBERES ET LES MAURES
De 2000 ans av J.-C. à Aujourd’hui


BERBERE vient du mot barbarus, que les Grecs et ensuite les Romains, désignaient tous les peuples ignorant les coutumes et la civilisation gréco-romaines, mais dans la langue berbère ils sont des IMAZIGHEN, pluriel de amazigh, signifiant « homme libre » . Les Romains ont gardé l'usage du mot BERBERE pour désigner les peuples des deux provinces de l’Est de l’Afrique du Nord, Africa et Numidia. A l’Ouest de l’Afrique du Nord, les deux provinces sont habitées de peuples capsiens, comme les Berbères, que les romains nomment les MAURES

NUMIDES
Les Numides sont le peuple autochtone du royaume appelé Numidie qui se trouvait dans l'actuelle Algérie débordant à l'ouest de la Tunisie et l'est du Maroc. Les anciens Numides avaient pour capitale Cirta (l'actuelle Constantine). Berbères sédentaires ou semi-nomades, les Numides étaient répartis en différentes tribus.
Les tribus de la partie orientale de la Numidie portaient le nom de Massyles (de Mis Ilès, Ilès étant l'arrière-grand-père de Massinissa) et celles de la partie occidentale celui de Massaesyles.
La Numidie (en latin Numidia) (en grec nomadia (Νομαδια) le pays des nomades, qui changent de pâturage.
Numidie, nom donné par les Romains à la partie septentrionale de l'Afrique. La Numidie avait 2 tribus reconnues pour leurs talents de cavaliers. Au cours de la deuxième guerre punique, une de ces tribus s’allia au Carthaginois Hannibal, l’autre tribu avec comme roi Masinissa (dont les villes de Bizerte et d’Utique), s’allia aux Romains.


L'OCCUPATION PHENICIENNE

Les phéniciens originaire du Liban actuel, sont dès la haute antiquité d'habiles navigateurs et commerçants. Sur leurs navires, ils sillonnent la Méditerranée pour commercer avec les peuplades du littoral méditerranéen, puis pour relâcher la nuit, ils ouvrent des comptoirs le long du littoral à environ tous les 40 kilomètres, distance que parcouraient leurs navires dans la journée. Le premier comptoir important qu’ils ouvrent, en Tunisie, 11 siècles av. J.-C. est Utique qui devient très vite une ville, bien avant la fondation de Carthage, Utique se trouvent à mi-chemin entre la Phénicie et l’Espagne. Carthage est fondée au milieu du VIIIème siècle av. J.-C. la légende veut que Carthage a été fondée par la princesse Didon , fille du roi de Tyr, qui s'enfuira de Tyr, après la mort de son mari. Le roi du pays, que Virgile appelle Iarbas, lui vendra un territoire aussi grand qu'une peau de bœuf. Didon découpera la peau en fines lanières et obtiendra un territoire suffisant pour y bâtir une citadelle. Carthage portera, dans un premier temps, le nom de Byrsa (peau).
Carthage devient une des principales puissances de l’époque, peu avant la première guerre punique Carthage est un territoire d'environ 73 000 km² et a une population d’environ de 4 millions d'habitants.. Elle est en lutte avec les Grecs de Sicile qui aboutira à la Première Guerre Punique (-264 à -241) qui se terminera par une défaite face aux Romains. Cette défaite incite Carthage à mettre en valeur son arrière-pays (grands domaines produisant céréales, fruits et vin), à lancer de longues explorations le long des côtes de l’Afrique noire ainsi que vers l’Europe du nord-ouest à la recherche de l’étain et à s’implanter vraiment en Espagne. Les Carthaginois perdent leur territoire en Sicile, Carthage développe alors ses territoires en Espagne.
Malgré leur défaite Carthage continu la lutte avec les Grecs de Sicile, leurs premiers ennemis, pour récupérer ce territoire, ce sera l’origine de la Seconde Guerre punique avec l’épopée d’Hannibal en Italie (-218 à -212 av J.-C.). Vaincu à Zama en 202 av J.-C. par Scipion l’Africain, Hannibal s’exilera en orient. Sur le territoire de Carthage les Phéniciens occupent surtout les villes du littoral méditerranéen, sur les terres intérieures la population reste principalement Berbère. Les Phéniciens du territoire carthaginois au fil des siècles finiront par des mariages mixtes avec des Berbères, majoritairement plus nombreux, à être génétiquement parlant plus Berbère que Phénicien.
Les Romains détruiront et brûleront le Carthage phénicien, qu’ils reconstruiront ensuite. Ce sont les ruines de ce Carthage que nous pouvons voir aujourd’hui.


L’OCCUPATION ROMAINE 146 av J.-C. à 439 après J.-C.

Dès la défaite d’Hannibal à Zama, Rome occupera pratiquement toute l’Afrique du Nord, qui sera subdivisé en 4 provinces : Africa nova, la Numidie, la Mauritanie Césarienne et la Mauritanie Tingitane. Rome doit subir la résistance des successeurs de Massinissa avant de pouvoir s’imposer définitivement sous Jules César et Auguste. La Tunisie actuelle fait partie de la province Africa, c’est une province tranquille qui est administrée par le Sénat et non par les Empereurs. Les Notables Berbères adoptent les us et coutumes, les lois, la langue et la religion des Romains, sans pour autant devenir des romains comme à la même époque les Gaulois conquis par Jules César adoptèrent les us et coutume, les lois, la langue et la religion romaine sans devenir des romains. Ces notables Berbères administrent les centaines de villes nouvelles que compte la province, dont nous pouvons voir et admirer encore aujourd’hui les ruines de nombreuses villes et ouvrages de cette époque et que nous découvriront dans ce site Internet.
La Province de l’Africa (et des autres provinces de l’Afrique du Nord) pendant toute la période de l’occupation romaine sur plusieurs siècles connait la paix et la prospérité et reste même en marge des crises que subit tout le monde romain du 3ème siècle à la fin de l’empire romain. Le Nord de la province est surnommé “le grenier de Rome”, la province exporte ses produits vers Rome mais aussi vers les autres provinces et pays sous domination de Rome (on a retrouvé dans le Rhône des poteries et de la vaisselle, de cette époque, fabriquées dans la province Africa), les principales exportations sont du marbre, des céréales, de l’huile d’olives, du vin, de la céramique, … La province se couvre de monuments luxueux de style gréco-romain, des ouvrages (acqueducs, routes, …) et bâtiments grandioses d’architecture romaine ( capitoles, temples, bains (thermes), palestres, amphithéatre, arènes, …), de nombreuses voies de communication pavées sont construites reliant les villes entre elles, la plus longue reliant Carthage à Volubilis dans la province de Mauritanie Tingitane (au Maroc).
Leur religion est de type polythéite, les dieux du panthéon romain sont nombreux et très variés, ils proviennent d'origine et d'influence diverses, chaque dieu a sa compétence et il peut avoir entre eux des conflits. Les phéniciens dans leur religion pratiquaient le sacrifice humain (souvent un bébé) en offrande à leurs dieux, les romains interdirent cette pratique religieuse, considérée comme barbare.
Les premiers chrétiens furent martyrisés et souvent mis à mort dans les arênes, les martyres les plus célèbres encore aujourd’hui sont deux femmes berbères : sainte Perpétue et sainte Félicité martyrisées (dévorées par des lions) dans les arênes de Carthage en 203. C’est l’empereur romain Constantin 1er , premier empereur romain converti au christianisme qui autorisa la pratique du culte chrétien dans tout l’empire romain.
Ce sont des missionnaires chrétiens Berbères qui participèrent à la conversion de la Gaule de religion celte au christianisme. C’est à partir du 3ème siècle que Tertullien se fait défenseur de la nouvelle religion qui se développe rapidement sous l’impulsion d’évêques comme Cyprien (qui sera sanctifié) évêque de Carthage. C’est toujours le cas au 4ème siècle où les évêchés et les basiliques se multiplient, l’Eglise devient une force malgré ses divisions (hérésies, schisme). C’est Saint Augustin (354-430), un Berbère né à Souk Ahras (Algérie) d’une riche famille de notables Berbères , évêque d'Hippone en 396, qui a contribué à la réunification de l’Eglise dans les 4 provinces romaines d’Afrique du Nord avant de devenir un des plus grands théologiens de toute l’histoire du christianisme par ses nombreux écrits.


L'OCCUPATION VANDALE (439 à 533)

En 429, plus de 100 000 Vandales Ariens de Genséric (un peuple d’origine germanique), passent les colonnes d'Hercule (détroit de Gibraltar) et font la conquête de toute l’Afrique du Nord (après des tentatives d’invasion des Goths d'Alaric en 410 et des Wisigoths d'Espagne à Gabès). Les Vandales de Genseric prennent Carthage en 439, ils deviendront la principale puissance navale de la Méditerranée.
Ces vandales finiront par se fondre dans la population locale Berbère et Numide. Le dernier roi vandale Hildéric est battu au cours d’un combat contre les Berbères des chotts de Gafsa. C'est l'occasion attendue par Justinien, empereur d'Orient ...


L'OCCUPATION BYZANTINE
De 533 au début du 8è siècle (en 707 moment où la reine berbère, la Kahéna a perdu son combat à Thabraca (Tabarka) et où elle a été décapité)

Après l'Empire romain d'Occident qui s’achève à la fin du 5ème siècle, Byzance reste un rempart contre les invasions barbares. Entre 533 et 553, Justinien 1er empereur byzantin a pour principal objectif de reconstituer intégralement l'Empire romain en réunissant les provinces perdues depuis les invasions barbares.
Il rêve de reconquérir l'Afrique du Nord, l'Italie, de la Dalmatie et le sud de l'Espagne. Le premier territoire que Justinien décide de reconquir c'est l’Afrique du Nord, occupé par les Vandales depuis 439. La raison de Justicien 1er de commencer par la conquête des Territoires Vandales, c’est qu’il craint leur flotte de guerre, la plus puissante de cette époque et qu’elle peut nuire à ses projets de conquête.
Il envoi son général Bélisaire, déjà vainqueur des Perses un an plus tôt, qui après 3 mois de navigation débarque en Afrique du Nord le 15 septembre 533 avec une armée de 15 000 mercenaires barbares (des Hérules, des Avars et 1000 Huns). Surpris par l’annonce de ce débarquement, le roi vandale Gélimer (qui a renversé et remplacé Hildéric, le vieux roi vandale, soupçonné de sympathies byzantines) quitte sur le champ Carthage et ordonne la levée de nouvelles troupes. Le lendemain Carthage est prise facilement par les Byzantins où les portes de la ville restent ouvertes, Bélisaire et ses troupes entre dans Carthage sous les acclamations de la population.
Deux mois plus tard, après 2 autres victoires, les batailles de Tricamarum et Decimum près de Carthage, Le soir de la 2° victoire, à Tricammarum , près de Carthage, les cloches des églises battent à toute volée, célèbrant la fin de la «captivité» des 100 ans de domination vandale.
Au printemps de 534, le roi Vandale Gélimer qui s’était réfugié chez des alliés Berbères dans les montagnes de Kabylie, se rend, il est emmené à Bysance où il figure dans le défilé du triomphe de Justinien 1er, Gélimer finira ses jours en Galatie. Les soldats vaincus serviront pour la plupart sous les armes byzantines sur le front perse.
Malgré la résistance de nombreuses tribus Berbères qui sont d’autant plus hostiles aux byzantins qu’elles sont consciente de leur propre force, l’empire de Byzance restera en Afrique du Nord jusqu’en 697. L’administration romaine est restaurée. L’Eglise d’Afrique est mise au pas et Justinien 1er fait de Carthage sont diocèse d’Afrique, le général Bélisaire rebaptise la ville du nom de Colonia Justiniana Carthago. Les Byzantins pourchassent le paganisme, le judaïsme et les hérésies chrétiennes. Les Byzantins rétablissent l’esclavage dans l’empire.
Byzance impose de lourds impôts aux populations pour entretenir les armées de son empire qui doivent continuellement affronter les attaques des régions voisines, les Avars au Nord, les Perses à l’Est, les Lombards en Italie, les Berbères et les Maures en Afrique, payer son administration et maintenir l’ordre dans une population mécontente en révolte périodique contre l’empire.
A la fin du VIième siècle le territoire d’Afrique est placé sous l’autorité d’un exarque, pour faire face à la menace d’envahisseurs, qui concentre les pouvoirs civils et militaires, disposant d’une large autonomie vis-à-vis de l’empereur.
C’est dans le marasme et dans un état d’esprit de révolte que l’Afrique byzantine, bien avant sa prise par les musulmans, commencera à s’effondrer.
C’est la période où l’histoire passe de l’Antiquité au Moyen Age.



Retour début du texte

Si vous voulez lire les commentaires au sujet de ce site ou en laisser un

ALLER AU


       



Depuis sa création fin 2001 internautes (IP) ont visité le site